Lien_LHN Lien_HNLPA

Exclusivité

2017-2019 : Résidence d'artiste-commissaire au Lobe, Chicoutimi



« Faute de moyens, on aura au mieux les uns, les unes et tous les autres. »1


Deux ans comme commissaire-artiste en résidence au Lobe. Mains vides, mais entre les dents parce que pirate, du « Trop de réalité ». L'appel de dossiers vient de se terminer avec une participation qui a des idées de grandeur... Signe de désœuvrement général? Je ne suis pas seul à attendre une bonne journée pour sortir. Allons-y!

S'enchaîne, dès février : résidences, expositions, présentations, événements, performances, films, publications, cachettes, et je-ne-sais-pas-encore-quoi. On passera notre temps à s'enfermer pour se réapprovisionner en obscurité, couver des secrets ou les échapper, s'écouter obsessionnellement, fomenter des polygraphies, se cacher derrière des pages Wikipédia pour lancer des roches où on le pourra. Retour aux sources.

La résidence me servira aussi d'auto-maîtrise ès arts (depuis le temps que j'en rêve), et en ce sens elle a déjà commencé à me brasser. Si, comme j'en suis moi aussi convaincu, « L'habitus universitaire consiste à se laisser dominer »2; « Les universitaires sont les meilleurs agents de la société qu'ils prétendent critiquer. »3; si, « au fond, est maître tout ce qui nous provoque, et aussi éventuellement tout ce qui vous souffle des réponses par rapport à la provocation »4, je pense avoir trouvé une sacrée bonne trail vers l'école-vie.

En lisant des textes de propositions imprimés à la va-vite  (souvent sans nom d'artiste), mais lus lentement, j'ai l'impression que c'est ma pensée qui me revient. Différente, pas seule. Et quand un nom se présente, j'en vient à me dire que c'est juste une de mes personnalités multiples. Ça donne le goût de les laisser prendre toute la place. Car « Lorsque l'on se confronte à cette peur qui se tapit derrière les alternatives indépassables (les grandes disjonctions entre Lumière et Obscurité), il vaut mieux ne pas être seul. »5


_________________________________

1 Un.e participant.e à l'appel de dossiers « Trop de réalité ».
2 Alain Deneault, La médiocratie, Lux Éditeur, 2015, p.30
3 Annie Le BrunDu trop de réalité, Gallimard, 2004, p. 133
4 Jacques Rancière, cité par Alain Deneault dans La médiocratie, Lux Éditeur, 2015, p.71

5 Isabelle Stengers dans la postface de Rêver l'obscur - Femmes, magie et politique., Editions Cambourakis, p. 367-368, citée par un.e participant.e à l'appel de dossiers « Trop de réalité ».




ÉVÉNEMENT : Résidence d'artiste-commissaire au Lobe, Chicoutimi
LIEU : Le Lobe, 114, Bossé, Chicoutimi
DATE : 2017-2019

6 mai : Performance à Circa



Samedi le 6 mai à 16h, je présenterai la performance Tigre Blanc à Circa.

Les tigres blancs ne sont même pas une espèce. Ils viennent même tous du même mâle. Ils
grappillent leurs gênes consanguins dans les musées-zoos où on ne parle déjà plus d'eux.

Tigre blanc adresse le lieu de la performance comme un jeu dangereux, hostile, sauvage, témoin d’un pari pipé où les spectateurs, une bière, un téléphone à la main, ne savent pas le risque qu’ils prennent. On les déteste. On finira par les avoir. On aurait jamais dû les laisser entrer. L'animal est malin, il n’a jamais demandé à être là, à épater la galerie, à faire peur pour rien, à se montrer sur demande ; sa maison frappe un mur et il ne faut pas lui faire confiance. S’il n’a plus rien de sauvage, il n’a plus rien à perdre.

Pas nouveau que la galerie (white cube) soit approchée comme une prison, une cage où la bête se tord et s’ankylose à chercher une sortie, ou reste juste immobile, ne sachant plus ce qu'elle veut. Et le.la performeur.se? Est-il.elle de ces animaux domestiqués qu’on stationne dans l'espace clos pour n’en attendre rien? L'enferme-t-on avec ses semblables dans l'intention contrôlée, normale, d’en orienter les facultés de reproduction? D'engendrer de bons rejetons faciles et prévisibles, nés en captivité?
Un entraînement à déterrer l'influence universelle, traverser la peur de mal faire, regarder la censure dans le miroir, retrouver le grand air d'être en danger, et faire comme le ciel qui change encore de couleur.

En savoir plus

Événement Facebook

ÉVÉNEMENT : Tigre Blanc, performance à Circa
LIEU : 372, rue Ste-Catherine Ouest, Montréal - Espace 444
DATE : 6 mai 16h

23 mars : Enterrez-nous debout au Collège Dawson



Enterrez-nous debout
Performance participative
Par Antonio de Braga et Hugo Nadeau.

Dans le cadre du Festival Art Souterrain,
en collaboration avec la Dawson College Art Gallery et TOPO.

Enterrez-nous debout est une performance participative faisant intervenir un jeu vidéo dont l'action, la musique et les voix seront produites en direct par les artistes et le public. Le projet fait partie de la série d'expositions, de performances et d'interventions Nous aurons Montréal, ayant débutée par une performance de 4 jours à la vitrine du centre d'artistes TOPO en 2015. Inspiré du livre Enterrez-moi debout : L'odyssée des Tziganes d'Isabel Fonseca, la performance pige son programme dans la culture gipsy, hobo, biker, hippie, punk, communiste comme dans celle du road movie.

Jeu sérieux, jeu anarchiste et féministe, jeu utopique et dystopique d'anticipation, Nous Aurons peut être vu comme un simulateur de camping radical, une arcadie post-apocalyptique. Le public peut faire l'expérience du jeu jusqu'au 28 mars à la galerie du Collège Dawson dans l'exposition Five crucial tips to outrun marina abramovic.

Teaser vidéo

Événement Facebook

ÉVÉNEMENT : Performance Enterrez-nous debout
LIEU : Dawson College Art Gallery, 4001 de Maisonneuve Blvd. W
DATE : Jeudi 23 mars 2017 de 12h30 à 13h30





HNLPA (Ligue Hugo Nadeau pour Artistes Professionnels / Hugo Nadeau League Pro Artists).
Association publique qui représente les intérêts des artistes de la Ligue Hugo Nadeau.
Tous les artistes qui conçoivent, organisent ou intègrent des projets en compagnie d'Hugo Nadeau y sont inscrits.